F

rance, ma belle France, elle sauve mon existence. Je dois lui remercier par un roman, un chef-d’œuvre extatique qui fait naître la nouvelle musique des phrases, une harmonie symphonique du corps, sorti de la chambre trois. Vivant, encore vivant, me revoici devant mon ordinateur quadriphonique, tenu par tas de vibrations électroniques. L’univers vibre en moi et fait effacer les tricholeuocytes malfaisants. Je veux vivre ! Хоћу да живим !