J

our après jour, encore un jour sans rien à dire. Aucune histoire qui m’attire, je suis la fin de tous les désirs. Et pour ne pas me perdre complètement, je pense à l’argent. Survivre sans rien dans les poches, rester le plus pauvre des riches, le plus riche des pauvres ; se plier et prier les plus proches, demander à l’État la longévité du Moi. Qui suis-je ? Un cri, mille non vies, l’artiste de l’oubli…

uglavi2